HISTOIRE DE SAINT-YZANS

 

 

L’origine du nom de Saint-Yzans est un exemple parmi d’autres de l’influence de la Saintonge sur le Nord Médoc. Saint Dizentius fut en effet évêque de Saintes vers l’an 832.

 

Saint-Yzans était habité durant la période préhistorique, de nombreux restes en sont la preuve (flèches de harpons, hâches, racloirs …).  On trouve facilement ces vestiges dans l’endroit appelé Cabanieu.

 

A l’époque romaine ce lieu était humanisé puisque on y a retrouvé les vestiges d’une villa sur le site du Bois Carré.

Par la suite l’histoire de Saint-Yzans reste assez floue. Tous les documents intéressants ayant été brulés sur la place de Lesparre à la Révolution. Cependant on sait que ce village formait au Haut Moyen Age une seigneurie, possession des seigneurs de Castillon (Saint Christoly). Elle possédait la maison noble de Sigognac tributaire de la seigneurie de Lesparre.

 

Au cours du 18ième siècle la culture de la vigne se développe sur les buttes de Loudenne et Mazails ainsi que dans l’enclos de Sigognac.

 

En 1850, la commune de Saint-Yzans produisait 900 tonneaux de vin et comptait 600 habitants.

 

Les chateaux Loudenne et Sigognac sont à l’époque les plus importants de la commune. C’est en1862 qu’est créé le port de Lamena, après l’asséchement des marais de Queyzans, la commune ne disposant pas d’un port. La population du village a augmenté au cours de la 2ième moitié du 19ième siécle   passant de 600 habitants en 1850 à 731 en 1898.On note une diminution au début du 20ième siècle avec 664 habitants en 1922. Aujourd‘hui la commune compte 392 habitants.

 

Saint Yzans a payé un lourd tribut lors de la première guerre mondiale 28 de ses jeunes hommes y ont perdu la vie.

Le début du 20ième siècle a été marqué par un profond changement dans les modes de culture, la vigne ayant souffert de graves maladies (phyloxera) une polyculture s’est mise en place doublée d’un élevage important de vaches laitières. Tout ceci a quasiment disparu de nos jours avec la renaissance du vignoble à l’exception de quelques élevages ovins et bovins.

 

 

                                                    LES SITES REMARQUABLES

 

L’EGLISE

De style néogothique a été construite à la fin du 19ième siècle (1883) sous le patronage de Monseigneur Donnet, évêque de Bordeaux.

Elle est édifiée sur le site d’une ancienne église romane.

A l’intérieur de l’église actuelle,  imposante, dédiée à Saint Brice, on trouve un très bel autel. Le bas de cet autel représente la Cène sculptée en bronze. Les vitraux sont remarquables et bien conservés.

 

Visite commentée s’adresser à la mairie.

 

LA COLONNE

Elle a été .érigée en remerciement à la Vierge Marie à la fin d’une épidémie de fièvre typhoïde qui a sévi dans la commune de 1856 à1858.

L’inauguration  a lieu le 8 aout 1858.

Par arrêté de 1991  la statue et la colonne , le socle et la grille sont inscrits à l’inventaire supplémentaire des Monuments historiques.

En 1999 la grande tempête « Martin » détruit la Colonne et celle-ci est reconstruite en 2003.

 

LE LAVOIR DE RIGON

Construit dans la seconde moitié du 19ième siècle, après avoir servi aux lavandières, il fut curé et agrandi en 1949 pour un meilleur approvisionnement pendant la période de sulfatage des vignes.

Une pompe électrique est installée en 1950, l’ouverture du puits est condamnée en 1952.

Le site est réhabilité en 2007. 

 

Promenade commentée dans le village s’adresser à la Mairie.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La Colonne

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Port de Lamena